Le régime Paléo…le retour aux origines?

Je stigmatise souvent le retour à d’anciennes méthodes de remise en forme « réemballées » par des pros du marketing sportif, mais une tendance remonte à encore bien plus longtemps, à quelque 3 millions d’années, à l’ère du paléolithique…
Le « paléo » comme le disent ses adeptes est à la fois un mode alimentaire, une philosophie et une façon de s’entraîner.
Abordons plus précisément le volet diététique et le mode « chasseur-cueilleur », de quoi s’agit-il ?
Nous mangeons des féculents, du blé, des produits laitiers, des légumineuses et des produits transformés depuis seulement 10 000 ans alors que nous avons passé plus de 2 Millions d’années à nous nourrir quasi-exclusivement de baies, de noix, de fruits et légumes, de viande et de poissons. Considérant que notre génome a très peu changé depuis 40 000 ans,  serions-nous donc capable de faire face de tels  bouleversements alimentaires ? Ne devrait-on pas renouer avec les habitudes de nos ancêtres et ainsi prévenir certains problèmes de santé caractéristiques de notre ère ?

Nous pouvons résumer ainsi les caractéristiques négatives de nos habitudes alimentaires :

Trop de produits transformés, pas assez d’Omega 3 et trop de sucre.

Nous allons donc privilégier tout ce qui se chasse et se pêche :
Les viandes et les poissons y compris les plus gras, les œufs, les crustacés et les fruits de mer pour leur apport en protéines et en oméga 3. Les animaux nourris de façon naturelle, à l’herbe pour les vaches par exemple, seront nettement plus intéressants sur le plan nutritionnel, ainsi que les oeufs que nous préfèrerons issus des poules élevées en plein-air.
Et tout ce qui se cueille : les fruits, les baies, les légumes verts, les avocats et les oléagineux pour leur apport en vitamines, minéraux et acides gras.

En supprimant :
Les produits laitiers pour nos difficultés à digérer le lactose et la caséine.
Les sucres raffinés et les céréales qui élèvent excessivement la glycémie  (index glycémique) et concourent ainsi au développement du diabète du type 2.
Les féculents
en tout cas avec excès et ceci pour des raisons semblables aux céréales mais surtout le blé (les pâtes et le pain par exemple) pour la présence de gluten qui peut être un facteur de perturbation pour notre organisme.
Les légumineuses et le soja pour la présence de phytates et de lectines qui sont des anti-nutriments limitant l’assimilation du fer par exemple et qui peuvent s’avérer fortement allergène.
Les plats préparés et plus largement tout ce qui contient des graisses trans et des huiles hydrogénées (c’est-à-dire traitées et transformées par l’industrie agroalimentaire) qui sont de véritables poisons pour l’organisme.

Le régime paléo c’est donc:

  • 30% de protéines
  • 30% de lipides (avec un rapport omega 3-omega 6 restaurés)
  • 40% de glucides à index glycémique bas

J’ai pour ma part suivi un régime paléo strict pendant quelques semaines. Cela a eu pour conséquence une perte de poids rapide que je ne souhaitais pas. Il est donc difficile de conserver une balance calorique (apport/dépense) satisfaisante surtout lorsque vous avez une pratique sportive intense.

Je recommanderais donc aux sportifs de conserver un peu de quinoa ou de patates douces par exemple pour reconstituer de façon satisfaisante leur stock de glycogène les jours d’entraînement.
Si vous appliquez ce mode alimentaire comme structure générale sachez faire preuve de  suffisamment de souplesse pour répondre aux forts besoins énergétiques ponctuels.

Un blog en Français particulièrement sympa et bien documenté sur le Paléo http://regimepaleo.wordpress.com/

Publié dans Je mange
5 commentaires pour “Le régime Paléo…le retour aux origines?
  1. VILLA Christine dit :

    coucou Raoul !
    Je lis toujours avec attention ce que tu écris car je pense que ce que tu rédiges est réfléchi (et en plus sans fautes d’orthographe). Donc, j’ai lu le texte sur le régime Paléo. Je fais tout comme il faut SAUF LES FECULENTS. Je n’ai pas compris pourquoi faut-il supprimer les céréales et notamment le blé (qui était quand même présent à l’époque : épeautre)… Partout on nous le conseille car il permet une bonne satiété. Personnellement, je ne mange pas de pâtes, pas de riz, pas de pommes-de-terre mais je mange BEAUCOUP du pain que je fabrique moi-même (depuis 10 ans). Il est confectionné avec de la farine intégrale bio (index glycémique bas et pauvre en gluten) et j’y ajoute plein de graines : millet, tournesol, amandes (les 3 en même temps), et des fruits secs (abricots ou cranberries. JE FAIS VRAIMENT UNE GROSSE BETISE ?

    • Coach Raoul dit :

      Hello Christine, non il n’y a pas de drame ;-) )L’épeautre est une des meilleures sources de céréales, peu de gluten, moins de phytates et de lectines…mais bon ce n’est pas parfait.Pour les féculents je crois qu’il faut faire son marché en établissant le meilleur rapport: Gluten/phytates/lectines/index glycémique
      D’autre part dans le cadre d’une perte de poids la limitation des apports en féculents est vraiment vertueuse…
      Et puis à la période paleo on ne cultivait pas, ceci dit on ne cuisait pas ou peu non plus…Tu sais, j’ai assisté à une excellente conférence d’Yves Patte sur le paléo et je suis ressorti avec autant de questions qu’a mon arrivée, j’en déduis donc qu’il faut continuer d’affiner tout ça et rester très informé.

  2. Bonjour, tout d’abord merci pour cette citation.
    Pour Christine, les céréales contiennent principalement des protéines comme le gluten (pas toutes, c’est vrai) mais également des antinutriments qui empêchent la bonne assimilation des nutriments, en particulier des minéraux. J’explique cela dans cet article si vous souhaitez plus de détails sur le sujet.

  3. Fabrice dit :

    Bonjour Raoul,

    votre article est très intéressant, merci beaucoup. J’ai plusieurs collègues qui suivent le régime Paléo et cela se passe plutôt bien.
    J’ai cependant une question concernant la viande et le poisson. Je sais qu’aujourd’hui dans notre culture la viande et le poisson sont au centre du repas, les légumes représentant l’accompagnement.
    Cependant un jour une personne m’a dit que cela n’était pas très logique pour le régime Paléo car il y a peu de chance qu’à l’époque les hommes mangeaient autant de viande et de poisson. Chasser avec des arcs, des lances, ou autres outils de l’époque ne devait pas être très efficace face à des animaux certainement méfiants (ayant déjà fait du tir à l’arc je confirme qu’à 10 mètres il est très difficile de viser une cible mouvante avec précision). D’où m’a question : le régime Paléo ne serait il pas : beaucoup de fruits et légumes et peu de viande/poisson ?

    • Coach Raoul dit :

      Effectivement, l’époque n’est pas comparable et l’apport en protéines devait principalement dépendre de la localisation. Au bord de la mer, nous pouvons supposer que le poisson ne devait pas manquer par exemple. Nous pouvons également imaginer que l’apport en viande pouvait être massif (un ours de 450 kg ) ou absent pendant plusieurs semaines…bref rien de vraiment comparable avec aujourd’hui, c’est vrai. Cependant, il semblerait qu’en période de grand froid par exemple, la viande pouvait représenter la principale source de leur alimentation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Catégories